mardi 3 mars 2015

Car Craft Dream Rod Cushenbery












(Photographie utilisée avec l'autorisation exprès de (c) Thoen & Associates Advertising Photography, Inc. Reproduction et utilisation interdites sans demande d'autorisation préalable auprès de Thoen & Associates Advertising Photography, Inc.  

-- Photograph used by kind permission from (c) Thoen & Associates Advertising Photography, Inc. Should you wish to use or to reproduce this photograph, please make sure that you obtain prior permission from Thoen & Associates Advertising Photography, Inc.)

https://www.behance.net/gallery/9145133/Dream-Rod-by-Mark-Moriarity 

J'aurais dû vous parler de ce fabuleux coupé depuis longtemps, l'actualité m'en fournit le plus beau prétexte. La marque automobile allemande Borgward va bientôt renaître, le petit fils de son fondateur l'a annoncé aujourd'hui au Salon automobile international de Genève. La nouvelle était dans l'air depuis longtemps, mais le 3 mars 2015 marque le retour d'une grande marque méconnue parce qu'oubliée. Quel rapport avec les lunettes arrière inversées ?

... Le commentateur facétieux qui a répondu à la question alors que ce post était en cours de rédaction (il a été commencé le 3 mars afin de profiter de l'actualité) a bien entendu trouvé la réponse. La genèse du Dream Rod est remarquablement bien expliquée sur le site Kustomrama. On y apprend que cette étrange et merveilleuse voiture a été développée par le grand styliste américain spécialisé dans l'art du Custom, Bill Cushenbery (parfois aussi orthographié Cushenberry, à tort) et dont l'imagination me rappelle celle d'un autre styliste, le Suisse Luigi Colani dont nous reparlerons ici plus tard.

Le Dream Rod reprend des éléments de différents véhicules nous dit Kustomrama : portes de Pontiac 1960, éléments de Chevrolet Corvair 1960, pare-brise et toit de Studebaker 1953, tableau de bord modifié de Mercury 1958 et - le détail a son importance - cendrier de Lincoln 1959, le tout sur une base de Jowett Jupiter 1952 dont seulement 700 furent construites. Son dessin n'avait aucun rapport avec celui du Dream Rod mais l'hyperlien vous emmène vers le très bon site consacré à cette voiture fort rare.

Surtout, ce qui nous intéresse, la lunette arrière du Dream Rod était une lunette arrière de berline Borgward Isabella renversée, tête en bas si vous préférez. L'information est connue des spécialistes du custom ou en voitures américaines. On a beaucoup parlé de la Borgward Isabella Coupé qui était d'ailleurs exposée au Salon de Genève 2015, la berline d'où provient la lunette arrière en question est moins connue :






http://www.jalopyjournal.com/forum/threads/more-car-craft-dream-rod-pics.220311/page-2

Le Car Craft Dream Rod fut dessiné par l'équipe du magazine Car Craft, comme nous le rappelle le site Ultimate Hot Wheels, qui nous montre non seulement la couverture du magazine révélant le modèle construit par Cushenbery, mais également les dessins originaux publiés dans le magazine. Où l'on voit que la lunette arrière inversée était bien dans l'air du temps :








http://ultimatehotwheels.boards.net/thread/33/car-craft-dream-rod

Les modèles réalisés par Cushenbery inspirèrent d'ailleurs plusieurs modèles minitatures de Hot Wheels. Le Car Craft Dream Rod fut ainsi décliné au 1/86ème sous le nom de Python, comme le raconte de façon détaillée le site OnlineRedlineGuide. Les collectionneurs liront avec intérêt la nomenclature complète des modèles de ce nom sur le Wikia consacré aux miniatures Hot Wheels.

Le lien sous la photo du haut vous emmènera vers l'excellent site bēhance.net spécialisé en dans les oeuvres photographiques retouchées où vous découvrirez d'autres photos, prises au moment de la restauration du Dream Rod, qui avait été converti en Tiger Shark, mais ce sera l'objet d'un prochain post. La photo qui illustre ce post et les autres que vous trouverez sur bēhance.net ont été réalisées par, et reproduites avec le consentement exprès du studio Thoen & Associates Advertising Photography, Inc.

L'autre sensation du Salon de Genève 2015 a été la présentation par Quant de deux automobiles sportives fonctionnant... à l'eau salée. Et comme Borgward a déclaré réfléchir au développement de véhicules électriques, on peut se prendre à imaginer que Borgward un jour utilisera peut-être la technologie NanoFlowless de Quant...

Mais puisque ce post s'ouvre sur le nom de Borgward, voici une coïncidence étonnante en lien avec cette marque, glânée par hasard sur le web : sur un forum en ligne, un homme se souvient être passé, alors qu'il était jeune garçon, à côté de l'épave de la Facel Vega dans laquelle l'écrivain Albert Camus a trouvé la mort sur une route de Bourgogne. Il roulait avec ses parents dans la Borgward de son père, qui leur avait même fait remarquer que cette puissante voiture était sans doute celle qui les avait dépassés plus tôt à vive allure ; ce n'est que quelques heures plus tard qu'ils ont appris par la radio de la Borgward - accessoire très rare à l'époque qui dénote la qualité des voitures de la marque - qu'Albert Camus et son éditeur avaient été tués dans cet accident. L'histoire ne s'arrête pas là : quelques jours plus tard sur ce même forum, ce contributeur découvre qu'un reportage filmé avait été réalisé juste après l'accident... dans lequel on voit passer la Borgward ! L'affaire est suffisamment remarquable pour avoir été relatée sur DijonBeaune.fr et développée plus longuement dans un article de Bourgogne Magazine dont ce site est l'émanation en ligne. Pour voir le reportage en question, suivre le lien indiqué dans les articles du forum.

On paper, chances were slim that I should ever report news about the once well-appreciated then long-forgotten German marque, Borgward to introduce a subject on backward-slanted rear windows. But at the last Geneva motor-show, Borgward triumphally announced its return. So, cue in the Car Craft Dream Rod created by one of the leading custom-car designers, Bill Cushenbery (with one 'r' please). Cushenbery raised to the challenge lain by Car Craft magazine's team who had provided early sketches of what was to become the Dream Rod. These sketches and Car Craft magazine's issue presenting the real-scale car are shown on this page of the website, Ultimate Hot Wheels. Do not be fooled by the site's name and logo, we are talking real beasties for grown-ups here, you'd better check it out. But the Dream Rod was indeed later produced by the toy car manufacturer, Hot Wheels as a model under the name of Python as throughly explained by OnlineRedlineGuide. The full list of models with all their colours is on Wikia.

As for Cushenbery's creation, it included various parts from different cars as the excellent website, Kustomrama explains. This composite coupe included a dashboard from a 1958 Mercury and, believe it or not, the ashtray of a 1959 Lincoln. The futuristic steering-wheel was custom-made but most remarkable. Perhaps one of the most intriguing features of the Dream Rod was not its backward-slanted rear window, an upturned Borgward Isabella rear-window (hence the intro and a picture of the car in question, above), but its chassis taken from a British 1952 Jowett Jupiter, of which only 700 were made and which bears absolutely no resemblance to the Dream Rod. Nevertheless, do pay a visit to the website highlighted in the car's name, devoted to the little-known Jowett Jupiter.

The beautiful opening photo in this post was found on bēhance.net, a website specializing in high-end photography and design. You will see other pictures of the Dream Rod when it was found in a sorry state, under its Tiger Shark guise, which we will discuss later, and throughout its superb restoration. The photograph illustrating this post and several others from the bēhance.net article were used by permission from the Minneapolis-based advertising photography studio, Thoen & Associates Advertising Photography, Inc.

samedi 27 décembre 2014

(Invacar update - mise à jour)


Tout ce que vous pouvez savoir sur la Invacar (la "regrettée Invacar", car elles ont en principe toutes été détruites par le gouvernement britannique en 2003) en allant sur le lien ci-dessous -

English readers enjoy! Just follow the link below to learn everything that you've always wanted to know about the late Invacar (all of them allegedly were destroyed by the British government as they were deemed a liability. The remaining roadworthy ones were reclassified in the UK as tricycles, says Retrorides) -

http://www.virtualgaz.com/invacarpage.htm (a website in English only). Tous les modèles depuis l'origine, dont ceux sans lunette arrière inversée...

Pour les non-anglophones : savez-vous que certaines avaient été transformées, notamment avec des blocs moteurs Steyr-Püch de 500 ou 600cc, pour atteindre des vitesses faramineuses ? (60 voire 80 mph, soit environ 140 km/h... Le site dit qu'il s'agissait sans doute de pointes de vitesse en descente avec vent arrière, si tant est que les portes ne se soient pas arrachées avant. On peut imaginer que la lunette arrière inversée pouvait agir comme une voile. Au-dessus de 45mph ajoute-t-il, la direction et les freins ne jouaient plus qu'un rôle décoratif.) Rappelons que la direction se faisait par un guidon. A noter cependant que le système de transmission permettait théoriquement d'atteindre les mêmes vitesses... en marche arrière ! Le site fait également état de deux Invacar arrêtées par la police en 1978 sur l'autoroute M5 à plus de 70mph. Sans oublier cette vieille dame qui voulait faire monter un 600cc sur la sienne "pour faire ch... la police" !

mercredi 24 décembre 2014

(toy story)

















Qu'y a-t-il sous le sapin cette année ?
D'abord cette étonnante transformation à partir de deux modèles réduits de Bentley Continental et e Citroën Ami 6.
Puis cette version Lego en 3D de la Ford Anglia qui emmène Harry Potter, par un passionné de la célèbre saga littéraire.

Enfin, cette modélisation de petite voiture à lunette arrière inversée, inspirée par la Trabant et, bizarrement, par la Mini originale nous dit son auteur, qui a d'ailleurs son propre site. Sans doute aussi par la Ford Anglia, ajouterons-nous. Chers lecteurs et lectrices donc, encore une fois, Joyeux Noël !

What's in our Christmas Tree this year? First, a hybrid scale-model, a cross between a Bentley Continental and a Citroën Ami 6. Then a 3D-rendering of a Lego Ford Anglia, by a Harry Potter fan. Finally, another CAD creation of this lovely little car dubbed the Lilliput MK86, a cross says its author between the Trabant and the original Mini, which is more surprizing, when one would expect the Ford Anglia to be mentioned. There is even a website showcasing his designs. Definitely, Happy Christmas once again, dear Readers.

dimanche 12 octobre 2014

(p.o.a.)














Il s'agit juste ici de prendre le prétexte de vous montrer une rare vue arrière de la Ford Consul 315 pour vous présenter le blog-webzine Petites-Observations-Automobiles et sa série sur les voitures les plus moches jamais produites. On pressent que le sujet est inépuisable, bien plus encore que les lunettes arrières inversées. Même s'il est vrai que les posts promis ici sur de nouveaux modèles se font attendre - patience ! En tous cas, l'extrait de l'article sur la Ford Consul est révélateur du style iconoclaste de cette publication, qui compte plus de 400 000 lecteurs à ce jour et qui a recensé environ une quinzaine de "voitures moches". L'idée nous disent les rédacteurs de POA est venue de cet article américain d'Edmunds.com qui recensait les voitures les plus laides produites, repris avec des grands cris d'approbation par la presse britannique puisqu'on s'y gaussait de plusieurs voitures françaises. La Renault 16 notamment. Signalons d'ailleurs que nous aurons l'occasion de revenir sur cette voiture, ou plutôt le génie de son designer, puisque chacun sait que la Renault 16 est l'antithèse de la lunette arrière inversée. Dans l'immédiat savourez le point de vue de l'auteur de cet article sur la Ford Consul qui mentionne la ligne en Z (et qui nous apprend que la voiture était également remarquablement peu efficace) ainsi que le commentaire d'un lecteur qui n'est pas d'accord et découvrez toute la série des articles sur les "voitures moches" des Petites Observations Automobiles ici.

For French speakers only I am afraid, but here is an interesting rear view of the Ford Consul Classic taken from the webzine, Petites Observations Automobiles, from a series about the world's ugliest cars. More to come presumably, but you can already browse through those that POA has already identified, not necessarily agreeing with the list drafted a few years ago by Edmunds in a similar effort. Needless to say, the Citroën Ami 6, the epitome of the backward-slanted rear window made it to the 32nd place in Edmunds' list, with this delightful comment: "It embodies utter aesthetic aggression. It dares buyers not to love it. It is, in other words, the quintessential French car."